www.ethylco.fr

Le site des éthylotests et alcootests

Éthylotest antidémarrage : que dit la loi et quels sont les risques.

Depuis le 1er janvier 2010, les nouveaux autocars servant au transport en commun des enfants doivent être équipés d'un éthylotest antidémarrage. Plusieurs pays utilisent déjà ce boîtier ; c'est le cas des États-Unis, du Canada, de la Suède ou de l'Australie. En effet, l'alcool reste la première cause d'accidents mortels sur les routes et contourner l'EAD peut entraîner de fortes amendes.

Qu'est-ce que l'éthylotest antidémarrage ?

L'éthylotest antidémarrage ou E.A.D. sert à mesurer le taux d'alcoolémie dans l'air expiré. Si le taux d'alcoolémie dépasse le seuil préalablement programmé, le système bloque le démarrage du véhicule. C'est un appareil de prévention qui bloque le fonctionnement du véhicule si le taux d'alcoolémie est supérieur à 0,2 gramme par litre de sang.

l'éthylotest antidémarrage

Comment fonctionne-t-il ?

Ce système permet d'analyser l'haleine et empêche le démarrage du véhicule si le taux d'alcool est supérieur au taux légal autorisé c'est-à-dire à partir de 0,10 milligrammes par litre d'air expiré. A chaque démarrage, le conducteur doit souffler dans l'éthylotest ; il a cinq minutes pour démarrer mais le véhicule peut être redémarré sans risque lorsque l'arrêt du moteur est inférieur à trente minutes.

Si le test est positif, il est possible de le renouveler après une minute. Si ce deuxième test est également positif, il est impossible de démarrer avant trente minutes.

Installé directement sur le circuit électrique de démarrage du véhicule, il en bloque le fonctionnement. Certains modèles exigent de nouveaux tests aléatoires pendant la route. Le dispositif ne peut qu'empêcher le démarrage du véhicule ; il ne peut en aucun cas couper le moteur en cours de route.

Un bouton de démarrage d'urgence sécurisé permet de contourner l'antidémarrage et de débloquer le véhicule. Il est possible de désactiver l'antidémarrage grâce à une clé ou un code spécial. Certains dispositifs permettent toutefois d'empêcher de désactiver l'antidémarrage ou de le contourner comme les capteurs de pression d'air expiré ; l'utilisateur doit souffler durant au moins cinq secondes mais également émettre un signal sonore pour que le test soit approuvé. Lorsqu'il faut désactiver l'antidémarrage pour une raison urgente, le dispositif conserve les indications en mémoire.

Dans quels cas est-il obligatoire ?

Depuis le 1er janvier 2010, l'éthylotest antidémarrage est obligatoire pour les autocars qui transportent des enfants. Chaque éthylotest doit être installé et contrôlé chaque année. A partir du 1er septembre 2015, ce boîtier sera obligatoire pour tous les véhicules de transport en commun.

L'éthylotest peut également être rendu obligatoire par un juge dans le cadre d'une procédure pénale. Les conducteurs condamnés pour conduite en état d'ivresse peuvent être autorisés à conduire avec l'obligation d'installer un éthylotest anti-démarreur pendant au moins six mois et au maximum pendant cinq ans. Ces personnes ne sont pas autorisées à conduire un véhicule qui n'est pas équipé. Ce boîtier a pour objectif de lutter contre les récidives concernant l'alcool au volant. Depuis plusieurs années, le fonctionnement est testé en Haute-Savoie afin de limiter les risques d'accidents.

Les sanctions en cas de non respect

Le démarrage alors que le système est positif est une infraction au code de la route. Mais aucune sanction ne peut être engagée uniquement sur la base des résultats de l'EAD. C'est un moyen préventif ayant pour objectif de limiter les risques d'accident dûs à la consommation d'alcool.

Il n'est pas possible d'utiliser une source d'air externe pour contourner le système. L'utilisation frauduleuse du boîtier peut entraîner une sanction allant jusqu'à 1 500 euros d'amende. Des peines complémentaires peuvent également s'ajouter à la sanction comme la confiscation du véhicule.